Quessé ça, ç’te blogue-là?

On est tous un p’tit peu traîneux à nos heures.

newspaper-595478_1280

Prenons une seconde pour se l’avouer à soi-même et pour se remémorer les nombreuses fois où on a laissé traîner nos affaires un peu partout dans la maison: la vaisselle qui traîne sur le comptoir de la cuisine, le linge propre pas rangé dans les tiroirs, les feuilles et les documents éparpillés sur le bureau, la pile d’objets quelconques qui grandit de plus en plus et qu’on s’entête à pas ramasser. Pis si vous continuez à vous dire que vous avez jamais fait ça, vous mentez.

Personnellement, et c’est peut-être pareil pour vous, j’me laisse aussi traîner dans ma tête. Bon, d’accord, c’est un peu abstrait comme concept, j’vous l’accorde. Mais c’est l’bordel dans ma tête.

Y’a plein d’affaires qui vont et viennent, des bonnes idées pis des mauvaises, des pensées qui s’entremêlent, des projets que j’concrétiserai probablement jamais et d’autres que j’mets de côté pour les retravailler plus tard, des opinions qui m’pognent soudainement, des phrases et des histoires qui sont tellement bonnes mais que j’finis par oublier, des grosses questions philosophiques que j’devrais vraiment pas me poser, des paroles de chansons quétaines, «Agadou-dou-dou, pousse l’ananas et mouds l’café» (vous m’détestez maintenant que j’vous l’ai mise dans la tête), et patati, et patata.

C’est en réalisant que ma tête était faite comme ça que j’ai eu l’idée (une parmi tant d’autres) de créer ce blogue: Les traîneries du samedi. Ah, ça y’est, vous vous mettez à comprendre le lien entre le titre du blogue et ce que j’vous raconte depuis deux minutes. Du moins pour la partie «traîneries».

«Ouain j’comprends, mais c’est pourquoi le “samedi”, t’sais

Parce que ça rime avec «traîneries». Oui, bon, «lundi» aussi, tout comme «mercredi» et ses autres amis de la semaine (sauf «dimanche», le p’tit rejet d’la gang). Mais, «samedi», c’est la meilleure journée d’entre toutes celles qui finissent en «i», parce que c’est l’début du week-end pour plusieurs personnes. Et le week-end, c’est fait pour relaxer, pour faire la grasse matinée, pour prendre le temps d’siroter son café en lisant son journal. Ou en lisant un blogue qui publie un nouvel article à chaque samedi.

Eh oui, je parle ici de ce blogue. Je m’engage à vous écrire un petit quelque chose sorti tout droit des traîneries qui remplissent ma tête, et ce, à chaque samedi. Chaque semaine. Chaque début de week-end. Voilà, vous connaissez maintenant la vérité derrière Les traîneries du samedi.

Sur ce, j’vous laisse à vos occupations et j’espère que vous reviendrez faire un tour ici la semaine prochaine pour voir le texte que j’vous pondrai entre temps. Vous pouvez même passer le mot à tous les adeptes du samedi que vous connaissez.

On s’dit à samedi prochain, les traîneux.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s