Bref, j’ai l’syndrôme d’la page blanche

Bref. J’haïs ça quand ça m’arrive. Et c’est l’cas cette semaine. Comment on soigne ça, l’syndrome d’la page blanche?

notebook-581128_1280

J’ai essayé plein d’affaires. J’me suis assise avec mon ordinateur, mais après un bout d’temps j’étais pas confortable alors j’ai changé d’position. J’suis allée m’coucher dans mon lit, ç’a pas été plus concluant, j’me suis levée debout, j’ai fait des p’tits exercices pour m’aérer l’cerveau, sans succès aussi. J’me suis rassise devant mon écran en m’disant que là, j’devais composer un article pis ça presse.

J’ai ouvert ma bibliothèque iTunes et j’ai décidé d’écouter d’la musique pour m’activer les neurones. J’ai commencé par écouter d’la musique qui bouge parce que j’avais envie d’écrire quelque chose de bein joyeux, mais finalement ça m’inspirait pas pantoute alors j’ai cliqué sur pause. J’ai cru avoir une illumination pour mon article alors je re-cliqué sur play. Ç’tait vraiment une fausse alerte, j’ai re-re-cliqué sur pause. J’ai décidé d’mettre d’la musique super douce vu qu’ça avait l’air d’être ça, mon mood d’la journée. J’ai été inspirée, j’ai écrit plein d’mots, j’me suis relu, j’ai trouvé ça mauvais et j’ai remarqué qu’la musique que j’écoutais m’faisait trop écrire des affaires déprimantes. J’ai tout effacé, j’ai recommencé. J’ai arrêté ma musique.

J’ai fixé mon écran blanc. J’suis sortie d’la pièce avec mon ordinateur portable pour aller m’installer dans l’salon parce que j’me suis dit que ç’tait peut-être la vibe d’la pièce qui faisait qu’ça marchait pas. Rendue dans l’salon, j’ai vu la télé. J’me suis dit qu’ça m’ferait pas d’tort de l’ouvrir deux minutes, alors j’ai ouvert la télé, regardé la télé, et fermé la télé deux heures plus tard. J’étais découragée d’avoir perdu deux heures de mon temps à faire autre chose que composer ou, du moins, m’trouver une idée d’sujet sur lequel composer. J’me suis dit qu’le salon, ç’tait pas pour moi, j’me suis levée et j’suis allée dans ma chambre. Ç’tait trop tranquille, alors j’suis allée dans la salle à manger. J’suis restée là.

J’ai eu faim, j’ai décidé d’manger pour me changer les idées et pour prendre une p’tite pause parce que mon cerveau avait vraiment été beaucoup sollicité. J’savais pas quoi cuisiner, j’suis allée sur un site de recettes. Ça avait pas l’air bon, j’ai changé d’site. Sur celui-là, ça avait l’air bon, j’ai cliqué sur plein d’recettes qui m’tentaient mais j’avais jamais la moitié des ingrédients chez moi. J’étais fâchée, j’ai fermé Internet pis j’me suis fait des pâtes.

J’suis allé voir d’autres blogues pour me trouver des idées. J’ai lu plein d’bons articles, ça m’a pas plus inspirée, j’me suis trouvé poche. J’ai eu envie d’pitcher mon ordi au bout d’mes bras, mais j’ai repensé à la facture qui était venue avec pis j’ai laissé tomber. J’me suis calmée, j’me suis dit qu’j’allais finir par savoir quoi écrire.

J’ai pas fini par savoir quoi écrire, j’ai fermé mon ordinateur pis j’suis allée m’coucher pour arrêter d’y penser.

Bref, j’ai l’syndrome d’la page blanche.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s