La trêve

J’me suis fait une nouvelle-vieille-amie Facebook.

girlfriends-338449_1280

Ça fait cinq ans qu’on s’est pas vues pis la dernière fois qu’on s’est parlées, ç’a finit avec des gros-mots-ayant-comme-dernières-syllabes-iss-pis-barnak.

C’est dommage parce qu’on était vraiment des bonnes amies avant ça.

Je l’aimais bein gros.

Et j’me surprends présentement à être sur son profil Facebook dans mon salon, l’ordinateur sur les genoux. J’sais pas pourquoi.

P’t’être parce que j’veux savoir ç’qu’elle est devenue.

J’me sens stalkeuse.

J’me rends compte que j’aime pas ça les conflits.

J’voudrais qu’elle sache que j’suis pus fâchée.

J’ai envie d’le lui écrire mais j’sais pas comment l’dire.

« Yo, j’suis pus fâchée. »

Non.

« J’pensais à ça, pis… Ça t’tenterait pas qu’on fasse la paix ? »

Non.

« Salut ! J’voulais prendre de tes nouvelles ! »

Non plus.

Trop friendly.

N’oublions pas qu’elle m’a traitée de pleins-d’noms-qui-s’disent-pas-sur-Internet.

Pis moi aussi, t’sais.

Ç’pas juste elle, la méchante.

Ah, pis j’vais pas lui écrire de message.

J’vais lui envoyer une friend request à la place.

Ça crie « On fais-tu une trêve? » sans l’dire vraiment.

Facebook, ç’a du bon quand même, pas beaucoup mais un peu.

J’ai l’curseur qui pointe le piton « Ajouter comme amie ».

J’clique pas.

J’hésite.

J’suis pus trop sûre, finalement.

D’un coup qu’j’ai l’air conne.

À m’trouvait déjà conne v’là cinq ans, ‘faudrait pas qu’ça recommence.

J’ai untipeu les mains moites.

On dirait qu’j’suis nerveuse.

J’me sens conne d’être on-dirait-nerveuse.

Elle avait p’t’être raison finalement.

« Voyons, calme-toi. T’es pas conne. », que j’me dis.

J’clique.

Pis j’ferme mon onglet Facebook sur-le-champ.

« Au pire, elle va pas accepter. Mais au moins elle va savoir que j’ai passé à autre chose depuis l’temps », que j’me dis pour me calmer.

Ça marche. J’me crois.

Mon cœur palpite moins.

Tout à coup, mon cellulaire sonne.

Sur lui, en haut à gauche, une toute petite lumière verte se met à flasher.

Mon cœur frappe un coup dans ma poitrine.

Un p’tit coup parce que j’suis stressée mais en même temps j’suis soulagée.

Soulagée, parce que je sais ç’que ça signifie.

C’est Facebook qui veut m’dire qu’elle a compris mon message.

Elle a accepté.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s