J’leur souhaite beaucoup plus

À matin, j’pense beaucoup.

photo-1436564989038-18b9958df72b copy

Y’a « Beach Baby » de Bon Iver qui joue dans mes oreilles pendant que j’déjeune tard mon traditionnel homemade brunch du dimanche deux-œufs-bacon-patates a’ec mon verre de fond d’pinte de jus d’orange.

Y’a mon cellulaire qui arrête pas d’vibrer pour me dire qu’y’a du monde qui s’ennuie d’moi l’autre bord de mon écran pis comme toujours j’réponds automatiquement avec quelques mots sweet, un emoji sourire-timide-joues-rouges-cute pis un p’tit cœur mauve à côté.

Y’a ma télé qui est ouverte au channel de LCN mais contrairement à d’habitude je l’écoute pas vraiment le téléjournal, j’fais juste le voir le regarder l’examiner parce que j’fais trop d’choses en même temps.

J’pense à trop d’choses en même temps les yeux collés sur ma TV.

J’pense, j’pense fort, j’pense beaucoup pis j’fais juste ça dans l’fond, j’mange mon déjeuner sans prendre le temps d’y goûter j’réponds à mes messages sans les comprendre pis j’regarde la télé sans l’écouter.

Ç’t’un matin comme les autres c’est juste qu’aujourd’hui j’pense plus que d’habitude.

Ma tête est un jeu d’Tetris™ de pensées qui s’emboîtent mal pis qui s’entrecoupent la parole tout l’temps avant après pendant chaque mot.

Fa’que j’pense.

J’pense à ma vie à ta vie à sa vie à nos vies pis à leur vie.

J’pense à quel point j’suis chanceuse tu es chanceuse il est chanceux on est chanceux mais qu’eux, y l’sont moins.

Ici, on est chanceux.

Là-bas, plus loin sur Terre, y l’sont moins.

J’pense à quel point je chiale tu chiales il chiale on chiale tout l’temps mais qu’eux, y chialent un peu moins malgré tout.

Ici, on veut du soleil à tous les jours mais pas trop, un Internet qui va vite, un frigo trop plein qu’on finit des fois par gaspiller, un char qui roule plus rapidement qu’l’autre à côté pis pas trop d’trafic sur les routes pour pouvoir le prouver, on veut toujours plus, un peu plus, un tout p’tit peu plus, beaucoup plus.

Mais on est bien. On est né du bon côté d’la planète.

On est tellement bien qu’on oublie ceux qui l’sont moins à l’autre extrémité du globe, ceux qui s’battent pour un peu d’liberté, ceux qui veulent seulement la paix pis qui préfèreraient manger deux-œufs-bacon-patates pour déjeuner en écoutant « Beach Baby » de Bon Iver au lieu d’avoir un bruit d’bombes qui explosent comme fond sonore.

Ç’t’important d’y penser, penser à eux, penser à ceux qui voudraient bien être à notre place.

Alors aujourd’hui moi j’y pense.

J’y pense en regardant les images du téléjournal défiler devant mes yeux, j’y pense en essayant d’démêler ma tête qui joue au Tetris™, j’y pense en finissant d’boire mon verre de jus d’orange et en grattant l’fond d’mon assiette.

Pis j’leur souhaite des rayons d’soleil, d’la liberté, d’la paix et d’l’espoir à profusion.

J’leur souhaite plus, toujours plus, un peu plus, un tout p’tit peu plus.

J’leur souhaite beaucoup plus.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s