Collabo: Dans ma tête, t’es là

Texte écrit par Krystal Guay.

photo-1444838229728-e1653ba7631a

Des fois, je pense à toi.

Des fois, non.

Des fois, ma mère me demande si un jour elle sera grand-mère.

Alors là, je pense à toi.

J’aime bien t’imaginer.

Je ne t’imagine pas physiquement.

J’aime mieux imaginer notre relation et encore plus ta personnalité.

J’aime bien me faire le scénario de notre rencontre et de toutes nos premières fois.

Dans le petit café du coin.

Elle aime bien passer ses après-midi ici. Un grand latté à la main, un roman dans l’autre et de la musique aux oreilles.

Il l’avait déjà remarqué. Il ne travaille pas très loin d’ici. Tous les midis, il vient chercher son grand café noir et parfois elle est là.

Il n’a jamais croisé son regard parce qu’elle est toujours absorbée par ce qu’elle lit.

Ce midi, elle est assise au coin. Elle lit « L’alchimiste » de Paulo Coelho. Son livre est usé, ce n’est probablement pas la première fois qu’elle le lit.

Elle n’a pas de café.

Il demande au garçon ce qu’elle prend d’habitude et un grand café noir.

Il prend le latté, le grand café noir et il va s’asseoir avec elle.

Je vous ai déjà dit que je suis un peu rêveuse? Eh bien, dans ma tête les petits scénarios comme ça se multiplient.

J’imagine nos débuts.

On passe nos soirées ensemble. On ne fait pas grand-chose. On parle. On va marcher et on parle encore. Tu as aimé quelques livres, mais sans plus. Tu adores la musique. Tu veux voyager. Tu dis des blagues plates toutes les fois que tu en as l’occasion. Je te réponds la même chose à tous les coups : « T’es tellement con ». Mais, je les ris quand même parce que tu me regardes du coin de l’œil avec ton petit sourire en attendant de voir si je les ai comprises.

On devient amis. De très bon amis. Tu me parles comme si j’étais ta meilleure amie, ta confidente. Mais quand tu me regardes, il y a plus. Tu me trouves belle. Mais pas belle comme toutes les autres, tu aimes ma façon à moi d’être belle. Tes yeux brillent quand j’ai des bulles au cerveau et que je me mets à faire des choses vraiment étranges. Tes yeux sourient quand je suis dans ma tête, que je me mets à chanter et danser comme si j’étais seule. Tu fronces les sourcils avec un petit sourire quand je te raconte tout ce qui me passe par la tête. Dans la tienne, tu te dis : « Mais d’où tu sors ça? ».

Oui, tes yeux me disent déjà tout ça.

Ce n’est pas toujours facile. On a des vies bien occupées. On jongle entre l’école, le travail et notre vie sociale. Par chance, les deux on comprend l’importance qu’ont nos amis dans nos vies.

On va survivre, parce qu’on s’aime. On va se battre, parce que cette fois ça va en valoir le coup. Tu me parleras encore comme si j’étais ta meilleure amie. Et je le ferai aussi. On sera amis dans toutes les sphères de notre vie parce que l’amitié est la base de l’amour. Tu m’apporteras encore mon latté en surprise sur ton heure de diner alors que je ne t’aurai même pas vue entrer, trop absorbée par mon livre. On voyagera ensemble. Et peut-être, je dis bien peut-être, qu’un jour on aura des enfants. Ma mère sera grand-mère. Mais pour l’instant, on veut simplement s’aimer. Se donner tout l’amour qu’on peut. Construire notre vie à nous avant de construire celle de nos enfants. Il faut bien avoir des histoires à leur raconter. Qu’en penses-tu?

Un jour, je vais te rencontrer.

D’ici là, je t’imagine.

Je ne t’attends pas.

La vie te mettra sur mon chemin au bon moment.

krystal-guay

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s