Collabo: J’ai l’coeur qui t’pleure

Texte écrit par Catherine Talbot.

SplitShire_9434

J’ai l’cœur qui pleure.

Le pauvre est démoli, y’est anéanti.

As-tu vu l’état dans lequel tu l’as laissé?

Non, mais franchement…

Qui qui voudrait ben venir s’installer dans cet endroit tout croche?

Anyway y refuse tout l’monde qui s’en approche, y’attend juste que tu viennes te réinstaller.

En fait t’a jamais vraiment déménagé.

T’as essayé…

Oh oui, t’as vraiment essayé…

Tu lui as dit que c’tait fini, que ton cœur à toi était pus capable de l’aimer.

Mais lui, y’est un peu stupide, y pensait que c’tait juste un déménagement temporaire, comme les étudiants qui vont étudier à l’extérieur, mais qui finissent par revenir chez leurs parents. By the way t’as encore ta chambre dans mon cœur. ‘Est un peu en bordel, mais du ménage ça se fait.

Parlant de ménage, c’est justement de ça que nos cœurs avaient d’besoin.

D’une bonne discussion.

T’sais, pas une conversation où les cœurs se voient pas. Pas une conversation que tout c’que les cœurs ressentent comme chaleur c’est celle qui provient d’un p’tit appareil-technologique-qui-ruine-les-relations. Tu vois de quoi j’parle? L’appareil que t’as utilisé pour dire à mon p’tit cœur que le tien voulait pus de lui. En fait, tout c’qu’on a d’besoin, c’est d’une discussion cœur à cœur pour se dire qu’on va toujours s’aimer pis que tout va s’arranger.

Dis à ton cœur qui repense à quel point on était ben dans notre p’tit cocon.

À s’coller en écoutant nos séries télévisées préférées, qu’on regardait pas vraiment on va se l’dire, absorbés par le fait qu’on s’aimait.

Mon cœur aimerait ça être collé au tien en ce moment.

Y voudrait m’entendre chialer que ton chest est trop musclé… Mais au fond j’étais super bien.

Tu l’sais, chialer c’tait mon passe-temps préféré.

Mais quand on creuse au fond de moi-même, on s’rend compte que c’est ma façon de montrer que j’apprécie les choses.

J’t’appréciais, tu sais…

Pis j’t’aimais.

Oh oui, j’taimais.

Pis j’t’aime encore.

Un peu trop fort…

Après tout c’est p’t’être mon cœur qui a tord.

Y tenait à toi plus qu’y tenait à lui-même.

Y s’est peut-être trop accroché à toi.

Y aimait ça le feeling que ton cœur l’aimait.

C’était le premier qui l’aimait.

Y’aurait voulu que ce soit l’dernier.

Y’est pas trop tard pour que ce soit l’dernier non plus, t’as juste à réemmenager, tu sais…

Tout l’monde lui dit de t’oublier, mais on l’sait ben qu’y veut même pas y penser.

Y lui disent qu’y mérite mieux.

Y’ont peut-être raison.

Mais essaie de dire ça à mon cœur, y les croit pas, pis j’y crois pas plus.

Parce qu’en gros, y s’ennuie, pis j’crois ben que moi aussi.

Peut-être que sans les souvenirs, ça me ferait pas aussi mal.

J’dois dire que sans toi j’feel pas vraiment mieux.

J’essaie de recommencer mais j’me rends nul part… Parce que sans toi, j’suis perdue.

Mais j’peux pas passer à autre chose.

Si ça m’fait avoir d’l’air faible, fine, mais j’peux pas digérer le fait que tu sois parti.

Quand tu perds quelqu’un, ça reste avec toi. Ça te rappelle à quel point c’est facile d’être blessée.

Mais bon, j’peux pas blâmer personne. C’est d’ma faute. Tout est d’ma faute.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s