Mon homesick heart

Un homesick heart, ça s’répare-tu?

SplitShire-8942

Y’a tellement d’places où j’me sens chez nous qu’ça devient mêlant pour mon p’tit coeur homesick de trop-partout qui est jamais content.

Ç’parce que mon chez-moi c’est où j’ai grandi, au milieu des quatre murs de ma chambre témoins d’mes vieux rêves de p’tite fille jusqu’à mes crises d’adolescence pas rapport, ceux sur lesquels j’ai dessinés avec mes crayons-marqueurs quand j’avais deux ans, pauvre maman, c’est où j’ai ri j’ai pleuré j’ai crié le soir après être revenue d’l’école à pied.

Chez moi c’est chez maman chez papa même si j’ai pus cinq ans, c’est l’réconfort que j’trouve dans leur sourire qui m’aime tant, même pas besoin d’chercher trop loin dans leur face pour voir la fierté qu’y ressentent à m’regarder, maudit c’est tellement beau l’amour des parents.

Mais chez moi c’est aussi l’endroit où j’ai déménagé tuseule loin d’tout ç’que j’avais déjà connu, c’est la deuxième vie qu’j’ai pris l’temps d’me bâtir avec juste mes mains à moi, là où j’ai accueilli la vie d’adulte comme une claque en pleine face qui t’rappelle que tu vieillis comme tout l’monde.

Sauf que des chez-moi j’en ai plein, chez moi c’est partout pis nul part en particulier, c’est quand j’suis avec ma meilleure amie, peu importe où on est on s’en fout, l’avoir avec moi c’est comme passer du temps avec une p’tite partie d’chez-nous.

C’est aussi dans les bras d’mon préféré, c’est quand y’enveloppe le toute-moi de son toute-lui, c’est même quand y m’tourne le dos la nuit pis que j’colle ma face entre ses deux omoplates pour attirer son attention avec mon corps que j’essaie d’faire parler a’ec des gestes pour dire « allô j’suis là j’suis bien merci ».

Chez-nous c’est où c’est partout c’est nul part c’est tout en même temps, c’est mêlant.

Fa’que j’suis homesick peu importe où j’mets les pieds, j’ai l’coeur qui s’ennuie d’un ailleurs-quelque-part ou d’un quelqu’un-trop-loin.

Des fois j’suis triste parce que j’peux pas être partout en même temps pis qu’le partout-en-même-temps peut pas non plus être ici avec moi.

Mais ç’qui est beau là-d’dans c’est qu’au fond j’suis bien anywhere, c’est qu’j’ai des souvenirs pis des bouts d’vie à plein d’endroits, c’est qu’mon chez-moi est partagé en milliers d’morceaux.

« Home is wherever your heart is. »

Pis j’ai l’coeur partout.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s